White_menu_arrow

Please signup or login to continue.

Table de discussion sur le Festival en art actuel PÉRIPHÉRIQUE

Event in Québec (Canada)

LA CHAMBRE BLANCHE est heureuse de vous inviter à une discussion ouverte suite à la première édition du festival en art actuel PÉRIPHÉRIQUE, commisarié par le collectif POPULUS GROUPUSCULE. La soirée aura lieu le 19 novembre au deuxième étage dans les laboratoires de LA CHAMBRE BLANCHE pour un 6@8.

Le festival en art actuel PÉRIPHÉRIQUE porte un regard sur l’impact des espaces naturels dans la ville de Québec et la dimension symbolique qu’ils représentent. Le collectif POPULUS GROUPUSCULE a pris l’initiative de créer des événements où la rencontre entre les artistes en arts visuels et ces espaces est possible. Le festival s’était déroulé du 26 au 28 juin 2015 dans le parc linéaire de la rivière Saint-Charles; de la chute Kabir Kouba jusqu’à l’ancien château d’eau. Les œuvres in situ et éphémères produites ont été documentées et archivées sur le site web du festival. Lors de la soirée de discussion, il y aura présentation de cette plate-forme web servant de lieu d’archivage et de cartographie artistique du territoire de la Haute-Saint-Charles et les abords de la rivière Saint-Charles.

L'événement a rassemblé les pratiques multidisciplinaires de huit artistes de la ville de Québec: Stéphanie Auger, Ophélie Cuillerier, Isabelle Demers et Amélie Laurence Fortin, Mathieu Fecteau, Pierre-Luc Lapointe et le collectif On est tu heureux hen. POPULUS GROUPUSCULE tient à remercier Michel Boucher (photographie), François-Michel Chevrette (graphisme), Marion Gotti (vidéo) et Olivier Larochelle (site Web).

POPULUS GROUPUSCULE est un collectif formé de Marie-Fauve Bélanger (Québec) et Audrée Demers-Roberge (Lévis) qui a pour but d’initier le processus de création, d’expérimentation et de recherche artistiques en milieux naturels situés en périphéries des centres urbains. Le collectif s’intéresse à l’impact des espaces naturels dans les villes et la dimension symbolique qu’ils représentent. La notion d’écosystème vient ainsi favoriser l’exploration et la compréhension du lieu et permet de développer une approche in situ des arts visuels.