White_menu_arrow

Please signup or login to continue.

Appel à participation: 31e Festival Les Instants Vidéo

Call to Artists in Marseille

Thumb_sq100_image_petite

Puisque le monde est ainsi fait, nos rêves devront être encore plus têtus.

Abdellatif Laâbi


En France, mais pas seulement car les événements furent internationaux, l’année 2018 voit fleurir ici ou là des commémorations parfois jubilatoires, parfois pathétiques, du joli mois de Mai 68.

En ce qui nous concerne, le parfum poétique et émancipateur des cent mille fleurs de Mai continue à embaumer joyeusement notre imagination. Cependant, la seule nostalgie qui nous anime est celle du futur.

Nous rêvons d’un printemps qui fera apparaître Mai 68 comme une pâle répétition générale du grand chamboulement international à venir :


La culture ne sera plus le hochet des nantis en mal de sensation.

La misère sexuelle planifiée rigoureusement par l’alliance des religieux, des Etats et des marchands de rêves érotiques-amoureux qui ne font que singer les rapports dominants-dominés véhiculés par l’industrie culturelle et du loisir, sera un vieux cauchemar qui laissera place à une abondance de plaisirs librement consentis et partagés.

Le travail, enfin déboulonné du carcan des rapports de classe, sera une source infinie d’épanouissements créatifs.

Le réchauffement climatique causé par le culte du progrès technocratique et de la croissance de la Croissance sera remplacé par un réchauffement des relations humaines et un dérèglement poétique et passionnel des sens.

Le crime organisé à l’encontre des migrants laissera place à un accueil spontané des nouveaux arrivants, et des farandoles célèbreront les métissages qui résulteront de corps à corps joyeux et multicolores.

La Palestine enfin libérée n’aura plus d’autre occupation qu’être la conseillère en matière de paix pour les derniers belligérants de la planète encore contaminés par la bêtise militaire ou par un fantasme de virilité.

Plus personne ne posera un genou à terre, sauf pour cueillir des trèfles à quatre feuilles ou effeuiller des marguerites.

Et surtout : etc. etc. etc.


Artistes de tous les pays, unissez-vous pour faire des 31es Instants Vidéo la célébration de nos imaginations indomptables. Considérons nos plus intimes utopies comme des réalités qui ne demandent qu’à éclore dans notre jardin terrestre. L’art vidéo est la fleur poétique que nous brandissons face aux regards aveugles des briseurs de rêves. L’émancipation des artistes sera l’œuvre des artistes eux-mêmes. Faisons des Instants Vidéo 2018 une assemblée générale des œuvres et des artistes non aligné(e)s sur les critères du marché, résolument tourné(e)s vers des lendemains qui nous enchanteront enfin.



Les Instants Vidéo Numériques et Poétiques (plus que jamais).



Pour s'inscrire: https://www.instantsvideo.com/blog/fr/archives/3331